La larme 

Lorsque la Larme doit couler 
Ne retiens pas son flot

Laisses-donc venir avec elle, les souvenirs. 


Ces gouttes d’eau amères ne sont que 
la joie d’avoir connu l’amour d’avoir aimé !

Et si un proche doit partir, et j’entend 
par “tir”: étoile ! ... files !.... hantes !

il s’en va,  


joins-donc tes mains humides, 
pour y déposer, en secret,

une noble prière . 

que d’images je soupçonne 
d’avoir créé en moi l’émotion 
qu’il est très humains d’être humain ?!

Rassuré le cœur toujours en quête 
de l’amour dévalé de la montagne 
avec les souvenirs Amazighs

Rien ne se perd, ni ne se crée 
sans que nous nous transformions 
un peu plus chaque jour. 

C’est que la vie a soif de devenir. 
Autrement. 

Le jour venu, 
l’âme s’effeuille du corps, 
trop lourd. 

Elle se dépose quelque part,
Ailleurs, allégée.

Dans un ailleurs  tant craint, 
Éclatent, peurs. Couleurs. Amours, 

Plus jamais peur n’aura raison d’être. 

 

 

Mokhtar Es-Saïdi

© COPYRIGHT 2020 by Dimitri Arnauts & Mokhtar Es-Saïdi. All rights reserved.