Partir


Partir d’un bon chemin, 
vers la réconciliation entre le réel utile 
et le divertissement, infernal. 

Et c’est lors de l’énorme rire de la mer, 
aux aurores de ce qui mieux guide, 
tel un volcan réveillé ?

Toutes ces forces intérieures 
sont des cibles 
autant que la plaie l’est pour le couteau, 
qui cuisinait maladroitement.
 
L’intérieur — décors du théâtre, 
qui de soi à soi, discutait, 
en paix, et par soi-même, aimé.

Le jour décroît, la lune augmente  
Souviens-toi …

Et tandis que ma langue essaie d’arracher ses plâtres,
Je tente d’exprimer ces fugitives beautés 

Comme ce coin de mon cœur, 
où il fait très clair, aujourd’hui !

Et surtout, sans mentir, 
faire rire le rire de s’être sainement, 
choisir un chemin.
 
On entend çà et là certains jours où 
la destinée s’emplit, 
Et lorsque la main est regardée 
par l’espérance d’un mendiant 
qui cherche, et ce, chaque jour,
les yeux baissés, 
ciblés par de piteux jugements banals 

Mais lors d’une promenade du regard, 
au coin d’une âme aimée, 
Étancher sa soif de rêves.

   
Et s’inscrire dans sa propre histoire.

 

Mokhtar Es-Saïdi

© COPYRIGHT 2020 by Dimitri Arnauts & Mokhtar Es-Saïdi. All rights reserved.